Mon interview dans le Femme Actuelle sur le Distilbène

Bonjour les Green Glam girls,

Une fois n’est pas coutume, je vais vous parler un peu plus de ma vie intime. 

Celles qui me suivent depuis longtemps ou qui me connaissent personnellement savent quel événement a été le déclencheur pour que je devienne blogueuse,et ce qui m’a motivé à partager les infos que je trouvais sur le sujet de la santé naturelle.

Ironiquement, dans une autre vie qui me semble déjà un peu lointaine, j’adorais l’univers des pharmacies, les produits et j’ai même envisagé (quoique pas très longtemps car l’idée d’apprendre par cœur des tableaux de champignons ne m’attirait guère) de m’orienter professionnellement dans ce secteur.

Pourquoi ironiquement? Vous le comprendrez à la fin de mon histoire.

Et puis finalement non, j’ai fait des études d’économie et de marketing, en partie à l’étranger. C’est d’ailleurs pendant mes années de vie à Londres que je me suis initiée plus intensément aux médecines douces, car alors qu’ici elles étaient encore très peu connues, là bas ça démarrait déjà fort. Et comme les médecins britanniques ne poussent pas à la consommation de médicaments, beaucoup d’anglais se soignent eux mêmes et notamment avec la réflexologie, l’aromathérapie.

J’avais donc déjà un fort intérêt et de bonnes bases lorsque je suis rentrée en France. Puis, comme beaucoup de futures mamans j’ai eu à cœur pendant ma grossesse de me renseigner pour vouloir le meilleur pour mon bébé et pour moi.

Première grossesse à Paris

Ma grossesse s’est déroulée de façon idyllique pendant 5 mois… puis j’ai perdu très brutalement mon bébé, un petit garçon, à 22 semaines de grossesse. Je ne m’étendrais pas davantage car il n’y a pas vraiment de mots pour décrire un événement de ce genre dans la vie d’une femme.

Le chef de service de la maternité où j’étais suivie (pourtant dans le top 10 des maternités parisiennes) a écarté avec condescendance ma tentative d’explication sur la prise d’un médicament par ma mère pendant sa propre grossesse. Non, évidemment que ça ne pouvait pas être le fameux Distilbène, il en était certain, puisque sa soeur était une fille Distilbène (sic) et que moi j’étais tombée enceinte très vite. Il mis donc l’accouchement prématuré sur le compte d’une infection (assez sérieuse car je suis quand même passée juste à côté de la septicémie…) et la « faute à pas de chance » qui ne devrait pas se reproduire avec un bon suivi.

Bref il a refusé (contre l’avis de mon gynécologue de l’époque, et en opposition avec les recommandations d’une circulaire du ministère de la santé) de me faire une hystérographie, un examen somme toute banal qui aurait sans doute permis de changer le cours de ma vie.

Car ce qui devait arriver arriva… une deuxième fausse couche, à nouveau un petit garçon, à 18 semaines cette fois ci, et dans une autre maternité (car pendant les fêtes de fin d’année chez mes beaux parents), et cette fois un obstétricien qui recommande un examen approfondi du col.

Sans surprise, des anomalies sont bien détectées lors de cet examen; je suis donc orientée pour ma 3ème grossesse vers une maternité de niveau 3 car gros risque d’accouchement prématuré malgré le cerclage du col qui est prévu à la 16ème semaine. Je me prépare, moi qui suis si active, à vivre une grossesse couchée (pas assise, couchée, voire hospitalisée)… Je suis de toute façon prête à tout pour ne pas revivre le même cauchemar…

Hélas l’hôpital dans lequel je suis suivie est certes spécialisé dans les grossesses à risques, mais pas dans celles de mon « cas »… Pas de bol, c’était l’hôpital situé… sur le trottoir en face qui lui savait qu’un cerclage à 16 semaines, c’était beaucoup trop tard dans mon cas….

Je passe sur l’interne qui m’a refusé le médicament pour empêcher la montée de lait « parce qu’à 16 semaines Madame, ce n’est pas possible que vous ayez du lait »; j’avoue, j’ai été presque tentée quand je suis revenue en urgence le lendemain de lui en envoyer une giclée dans la figure.

Un problème oui mais lequel?

Pendant tout ce temps et tout au long de ces trois grossesses aucun médecin ne m’a réellement pris au sérieux quand je lui ai dis que ma mère avait pris un médicament pour les fausses couches pendant sa grossesse. Au fond de moi, je savais que quelque chose clochait.

Ma mère étant déjà à cette époque malade elle était incapable de se souvenir du nom du médicament, de sa forme… J’ai fait des recherches sur internet et je suis tombée de forums en témoignages sur le site Réseau DES où j’ai retrouvé des cas étrangement similaires au mien… Je décide d’en avoir le coeur net et je demande à la permanence de l’association les coordonnées de la consultation Distilbène.

Encore une ironie du sort, l’association Réseau DES était situé quelques mois auparavant dans ma propre rue!

Une bombe dans ma vie

Je n’oublierai jamais ce jour où le Dr Michel Tournaire, un médecin comme j’aurais aimé en rencontrer avant et surtout que j’aurais aimé rencontrer avant ces 3 fausses couches, a mis un nom sur ce que j’avais et sur les raisons de ces fausses couches: exposition au Distilbène.

Non, je n’étais pas responsable, non je n’avais pas eu des contractions parce que « je ne m’étais pas assez reposée » (dixit mon mari de l’époque qui s’est empressé d’ailleurs de postuler pour le titre d’ex mari dès l’annonce du diagnostic, parce que « un enfant pas de son sang » ça n’était pas possible.)

Bah ça tombe bien finalement, car être mariée à un imbécile qui batifolait avec une autre pendant que sa femme était alitée , moi non plus : – )

Finalement l’histoire finit bien

Vous l’aurez compris ce diagnostic n’a pas fait que modifier mon désir de maternité: il a foutu le bordel dans toute ma vie.

Et surtout il m’a fait prendre beaucoup beaucoup de recul sur la médecine en général, et l’industrie pharmaceutique en particulier. Et à ne plus prendre pour argent comptant tout ce que je lisais, même si ces informations émanent d’une quelconque autorité sanitaire.

J’ai perdu la confiance naïve que je pouvais avoir en la médecine traditionnelle et je cherche depuis à me renseigner systématiquement par moi même en ce qui concenre ma santé et celle de ma famille. Au fur et à mesure que j’essayais de partager ces informations avec mes amies, je me suis dit que le blog serait le moyen le plus efficace de partager ces connaissances et d’en faire profiter le plus grand nombre, et c’est ainsi qu’est né en 2008 My Green Glam : – )

« Grâce »  à cette cochonnerie de médicament, j’ai pu finalement refaire ma vie avec un homme fantastique qui lui a été ravi de vivre l’aventure fantastique de l’adoption avec moi (alors même que nous venions de nous rencontrer peu de temps auparavant), et je suis depuis 2013 la maman comblée d’un petit garçon adorable que j’aime plus que tout.

Comme le dit un proverbe anglais « Every cloud has a silver lining » (littéralement: Chaque nuage a une doublure en argent ou comme on le dit en bon français « A quelque chose, malheur est bon »).

Bien sûr que j’ai périodiquement des examens médicaux qui me font rappeler ce fichu médicament.

Evidemment j’aurais préféré que le diagnostic soit posé avant ces grossesses pour ne pas le découvrir par ce douloureux chemin.

Mais c’est ainsi et je trouve que finalement l’histoire finit plutôt bien.

Vous savez à présent pourquoi certains sujets sont particulièrement chers à mes yeux et pourquoi j’écris ici: pour que mon histoire, celle des perturbateurs endocriniens, ne se répète jamais.

Et je remercie Internet sans qui je n’aurais pas trouvé l’association Réseau DES et ses précieuses infos, ni mon merveilleux mari (le second, hein, vous l’aurez compris) rencontré grâce à internet ni mon fils adoré : – )

 Et pour la petite histoire, j’ai donc accepté de témoigner pour la magazine Femme Actuelle de cette semaine (1er décembre) sur le sujet du distilbène.

Vous pouvez lire mon témoignage ci dessous dans le Femme Actuelle N°1575 paru le 1er décembre 2014:

 

Femme Actuelle 1575 sur le Distilbène Femme Actuelle Distilbène 2

J’espère que vous ne me tiendrez pas rigueur de cet article un peu longuet et personnel : – )

A bientôt les Green Glam girls!

Green et Glamoureusement votre

Carole de My Green Glam

Si vous aimez, partagez!

7 Comments on Mon interview dans le Femme Actuelle sur le Distilbène

  1. Myriam Matossi Noverraz
    28 décembre 2016 at 15:53 (3 mois ago)

    Chère Carole, merci de tout coeur de nous faire partager ce témoignage bouleversant… et bravo pour ton cran, ton courage, son indéfectible joie de vivre, qui a su sortir du malheur pour créer du bonheur, et aussi pour tout ce que tu nous apportes avec ces témoignages, tu nous ouvres les yeux, et ton blog est très très précieux pour nous aux cheveux naturellement décolorés… 😉 Bonne continuation et reçois aussi tous mes voeux pour une année 2017 rayonnante, épanouissante et remplie de joie!

  2. Myriam
    28 décembre 2016 at 15:50 (3 mois ago)

    Chère Carole, merci de tout coeur de nous faire partager ce témoignage bouleversant… et bravo pour ton cran, ton courage, son indéfectible joie de vivre, qui a su sortir du malheur pour créer du bonheur, et aussi pour tout ce que tu nous apportes avec ces témoignages, tu nous ouvres les yeux, et ton blog est très très précieux pour nous aux cheveux naturellement décolorés… 😉 Bonne continuation et reçois aussi tous mes voeux pour une année 2017 rayonnante, épanouissante et remplie de joie!

  3. My Green glam
    8 juin 2015 at 08:46 (2 années ago)

    Merci beaucoup Justine de ton message.
    Oui la vie a parfois de curieuses façons de t’emmener vers le meilleur pour toi ( en l’occurrence pour moi mon mari et mon fils)!
    C’est en tout cas ça qui a fait que je souhaite montrer à tous les effets des perturbateurs endocriniens et donner des conseils pour une vie la plus saine possible. À bientôt !

  4. Justine
    3 juin 2015 at 07:17 (2 années ago)

    Waow que dire après un témoignage pareil… Mis à part que je suis ravie de savoir que vous avez réussi à vous reconstruire et à fonder votre famille avec, selon vos écrits, de très bonnes bases pour tous. Je vous souhaite a vous et votre famille une vie remplie de merveilles et de joies!!

  5. My Green Glam
    3 décembre 2014 at 10:55 (2 années ago)

    Samia: je n’en parle pas forcément tout le temps mais là je ne pouvais pas ne pas en parler!

    Sabrina: j’ai essayé de ne pas trop faire dans le pathos mais simplement raconter mon parcours qui explique qui je suis aujourd’hui, et pourquoi.
    Et merci pour tes voeux, je suis très heureuse aujourd’hui.

  6. Samia
    3 décembre 2014 at 10:31 (2 années ago)

    Bravo pour ton témoignage, je ne connaissais pas du tout ton histoire et ça m’a touché !

  7. Sabrina
    1 décembre 2014 at 23:37 (2 années ago)

    Tu m’as mis les larmes aux yeux, merci d’avoir partagé ton histoire et je ne te souhaite donc que du bonheur désormais <3

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Comment *






Prouvez moi que vous n'êtes ni un robot, ni un spammeur! * Time limit is exhausted. Please reload CAPTCHA.